mardi 12 mars 2019

"DEPUIS MÉDIAPART" : CINÉ-DÉBAT AVEC ACRIMED 69 ET MÉDIACITÉS LYON


Mardi 19 mars, 20 h 30 à Décines. Dans le cadre du Festival "Les écrans du doc", débat, suite à la projection du film Depuis Mediapart, en présence de Michel Granger de l’antenne lyonnaise d’Acrimed, de la réalisatrice, Naruna Kaplan de Macedo et de Nicolas Barriquand, journaliste à Mediacités Lyon. Au cinéma Le Toboggan 

Présentation du film extrait du dossier de presse :

"En installant sa caméra au coeur des locaux de la rédaction du journal en ligne Médiapart, avant, pendant et après l'élection présidentielle française de 2017, la réalisatrice a pu suivre le quotidien de celles et ceux qui y travaillent. Sur fond de dossiers comme l'affaire Baupin, les Football leaks, les financements libyens, le film nous donne à voir comme jamais les coulisses d'un certain journalisme d'investigation. A travers le portrait du journal, Naruna Kaplan de Macedo dresse le portrait d'une génréation de journalistes émergents, les journalistes de sa génération. Ce portrait du journal est aussi en miroir celui de la France ici et maintenant, à un moment décisif de son Histoire"



 Infos pratiques et programme complet du Festival  : http://www.festivals-connexion.com/calendrier/programmes/programme-2019-99-LesEcransduDoc.pdf



samedi 9 mars 2019

APPEL À DONS : POUR CONTINUER, ACRIMED A BESOIN DE VOUS !


Depuis plus de vingt ans, Acrimed fait vivre une critique des médias indépendante et exigeante. Mais notre activité repose sur de faibles ressources financières. La conclusion de notre Assemblée générale, qui s’est tenue le 9 février 2019, est claire et nette : pour poursuivre notre combat, nous avons besoin de votre soutien !

 Jamais la critique des médias n’a été autant d’actualité. Dans cette période de mobilisations sociales, les valets médiatiques du pouvoir se déchaînent. La concentration bat son plein dans la presse, et accentue la mainmise de quelques milliardaires sur l’information. La liberté d’informer, et le droit à être informé, sont remis en cause par des lois liberticides.
C’est pourquoi Acrimed est présente sur de nombreux fronts. Pour contester, mobiliser, porter des alternatives et faire de la question des médias une question politique. Et dans ce combat inégal face aux tenants de l’ordre médiatique, nous avons besoin de vous !
Comment nous soutenir ? En donnant bien sûr : https://boutique.acrimed.org/faire-un-don

Et mieux encore, car Acrimed est d’abord et avant tout une association dont le combat est collectif : en adhérant : https://boutique.acrimed.org/adh%C3%A9sions-abonnements
Dons et cotisations ouvrent droit à déduction fiscale.
Comme nous, vous êtes pour une réappropriation démocratique des médias ? Vous pouvez commencer en vous appropriant un peu… Acrimed.


 
Vous trouverez ci-dessous plus d’informations sur notre financement et sur notre association.
Un grand merci à vous, qui faites vivre la critique des médias !

Notre financement

Notre association tient à son indépendance : nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions . De plus, nous avons fait le choix d’un site gratuit, accessible sans conditions.
Plus des trois-quarts des ressources d’Acrimed proviennent de ses adhérent·e·s et donateurs·rices, loin devant les abonnements et les ventes de notre magazine Médiacritique(s) (21 %) et celles de la boutique (2 %).
En 2018, nous sommes parvenus, en grande partie grâce à votre générosité, et nous vous en remercions, à rassembler 115 000 euros, qui nous ont permis de financer nos activités dans leur diversité. Mais cette année encore, nous aurons besoin de votre concours.
Que faisons-nous de cet argent ?
En 2018, 60 % des dépenses de notre association étaient destinées à payer les salarié·e·s, qui contribuent fortement à l’activité rédactionnelle, à la gestion administrative et à l’animation d’Acrimed. Au 1er janvier 2019, trois personnes travaillent pour notre association (à temps plein).
Les autres dépenses de l’association en 2018 concernaient les frais d’impression de notre revue trimestrielle Médiacritique(s) et des tracts (11 %), les affranchissements (5 %) et les loyers de notre local (8 %). À cela il faut ajouter divers frais de fonctionnement : locations de salles, frais de déplacement, hébergement du site Internet, etc.

Notre association

Née du mouvement social de 1995, dans la foulée de l’Appel à la solidarité avec les grévistes, notre association, pour remplir les fonctions d’un observatoire des médias s’est constituée, depuis sa création en 1996, comme une association-carrefour.
Elle réunit des journalistes et salariés des médias, des chercheurs et universitaires, des acteurs du mouvement social et des « usagers » des médias. Elle cherche à mettre en commun savoirs professionnels, savoirs théoriques et savoirs militants au service d’une critique indépendante, radicale et intransigeante. Acrimed poursuit plusieurs objectifs :

Informer
Informer sur l’information (sur son contenu et sur les conditions de sa production), sur les médias, sur les journalismes et les journalistes, grâce à la mise en commun de savoirs théoriques, de savoirs professionnels, de savoirs militants.

Contester
Contester l’ordre médiatique existant, sa concentration, sa financiarisation, la marchandisation de l’information et de la culture, l’anémie du pluralisme et du débat politique, l’emprise des sondages (et des instituts qui en font commerce), les connivences, les complaisances, l’implication des entreprises médiatiques dans la contre-révolution néolibérale… Contester également celles et ceux qui dominent et perpétuent un ordre médiatique qui, en l’état, est tout sauf le pilier d’une véritable démocratie.

Mobiliser
Mobiliser et se mobiliser avec toutes les forces disponibles (partis, syndicats, associations…) pour construire un véritable front de lutte à la mesure des enjeux. La question des médias est une question politique essentielle, elle doit le devenir ou le redevenir, et doit faire l’objet d’un combat politique.

Proposer
Proposer des transformations en profondeur des médias. Si un autre monde est possible, d’autres médias le sont aussi. Et pour qu’un autre monde soit possible, d’autres médias sont nécessaires. C’est pourquoi Acrimed s’efforce d’élaborer des propositions, précises et concrètes, qui font l’objet d’un débat toujours ouvert au sein de l’association et avec nos partenaires.
 

jeudi 28 février 2019

AGENDA MARS

Des lieux associatifs et culturels lyonnais soutiennent régulièrement notre antenne d'Acrimed 69 en accueillant nos activités dans leurs locaux (MJC, librairie, cafés coopératives, cinémas de proximité, maison d'édition indépendante).
Nous relayons avec plaisir dans cet agenda plusieurs des évènements qu'ils organisent.

MARS

Vendredi 01/03

[ RENCONTRE- ECONOMIE]

Libraire Terre des livres de 17h30 à 19h, Rencontre avec Gilles RAVEAUD autour de l’ouvrage Economie : on n’a pas tout essayé ! aux éditions du Seuil.

"Il n’y a pas d’alternative aux politiques libérales ? Réveillez-vous, le monde a changé ! Si vous plongez dans les travaux de recherche des économistes, dans les gros rapports des institutions internationales, voici ce qui ressort : il y a trop d’inégalités, trop de finance, les salaires ne progressent pas assez, il faut plus d’investissements publics, lutter contre les paradis fiscaux et promouvoir la lutte contre le changement climatique !
Le libéralisme économique a perdu la bataille intellectuelle. Il peut perdre la bataille politique. Une mondialisation régulée, c’est possible, une finance au service de l’économie aussi. L’Europe n’empêche pas les politiques nationales : la France peut développer sa propre politique industrielle, faire reculer le chômage, réduire les inégalités, sortir du « tout croissance ». Et pas besoin d’en passer par le rejet de l’autre, comme Trump, ou par le rejet de l’Europe, comme avec le Brexit. On peut, aujourd’hui, suivre une voie progressiste et écologique sans sortir de la mondialisation ou de l’Europe."
Gilles Raveaud est maître de conférences en économie à l’université Paris 8 – Saint-Denis et contribue régulièrement au mensuel Alternatives économiques.

Infos pratiques :  Terre des livres : 86, rue de Marseille 69007 Lyon / tel : 09 505 8 84 22 / internet : http://www.terredeslivres.fr/

Entrée libre


Jeudi 07/03

[ THEATRE-  DÉBAT CITOYEN]

MJC Saint Jean à 20 heures.
EST-CE QUE BERNARD ARNAULT VA BIEN ?
Débat Citoyen / Théâtre
Par la compagnie Quart de Seconde
20h (suivi d’un échange)


"Depuis une vingtaine d’années, le groupe LVMH, leader mondial du luxe, et son PDG sont sujets à de nombreuses attaques. Dans ce contexte d’incertitudes économiques et sociales, il est de bon ton de s’inquiéter de la santé morale de la première fortune de France : la Compagnie Quart de Seconde pose la question : « Est-ce que Bernard Arnault va bien ? »

Infos pratiques : gratuit sur réservation au 04 78 42 48 71 ou sur le lien : http://www.mjcduvieuxlyon.com/evenements/est-ce-que-bernard-arnault-va-bien/

Entrée par le 1 rue de la Brèche
Transports en commun :
27, 31, 448, C20, D et funiculaires.

Station vélov' : Vieux-Lyon


 Mardi 19/03

[ RENCONTRE-  MÉDIAS]

Bibliothèque municipale de la part-dieu de 12h30 à 13h30
Rencontre-débat : AFP, l'information sans frontières, avec Sandra Laffont, journaliste à 'AFP.

"Peu connue du grand public, l'Agence France Presse est l'un des plus grands médias en France et l'une des trois plus grandes agences de presse au monde avec Reuters et Associated Press.

Crée en 1944, l'AFP collecte l'information grâce à des correspondants en poste dans le monde entier et produit ainsi plus de 5000 dépêches chaque jour ! Cette information brute est mise en forme et redistribuée aux différents médias, entreprises, administrations qui sont ses abonnés et représente donc une grande partie de la source des infos que nous recevons. L'impact de l'information délivrée peut donc potentiellement être particulièrement fort et cela caractérise la manière d'exercer le métier de journaliste au sein de ces agences. Les agenciers doivent au quotidien répondre au double impératif de l'urgence et de l'exactitude.
C'est de cette exigence mais également de l'évolution des missions et des contenus produits par l'AFP qu'évoquera Sandra Laffont, invitée de ce rendez-vous médias. Engagée au sein de l'association Entre les lignes, elle nous parlera également de cette mission citoyenne qu'elle partage avec d'autres confrères de l'AFP et du journal Le Monde.

Rencontre animée par Laurent Burlet, journaliste, Rue89 Lyon. 

Infos pratiques :  Entrée libre dans la limite des places disponible / Bibliothèque de la Part-Dieu, 30 Boulevard Marius Vivier Merle - 69003 Lyon  / tel : 04 78 62 18 00


Mardi 19/03

[ CINE-DOC-  MÉDIAS]

Le Toboggan à Décines à 20h30
Ciné-débat  autour du film Depuis Médiapart de Naruna Kaplan de Macedo, France, 1h40.
Une soirée organisée dans le cadre du Festival "Les Ecrans du doc"

" En installant sa caméra au coeur des locaux de la rédaction du journal en ligne Mediapart, avant, pendant et après l’élection présidentielle française de 2017, Naruna Kaplan de Macedo a pu suivre le quotidien de celles et ceux qui y travaillent. Sur fond de dossiers comme l’affaire Baupin, les Football Leaks, les financements libyens, le film nous donne à voir comme jamais les coulisses d’un certain journalisme d’investigation."

La projection sera suivie d'un débat en présence de Michel Granger de l'association ACRIMED 69 et de Nicolas Barriquand, journaliste à Médiacités Lyon.

Infos pratiques : 14 avenue Jean Macé 69150 Décines-Charpieu / autres infos  : http://letoboggan.com/acces-contact/

T. 04 72 93 30 14


Vendredi 22/03

[ CINÉ -DOC- AMD]

Le Toboggan à Décines à 20h30, dans le cadre des "Ecrans du doc"
Ciné-débat autour du film  Le Silence des autres de Almudena Carracedo et Robert Bahar. Projection suivie d’un débat organisé en collaboration avec Les Amis du monde diplomatique de Lyon.

"1977. Deux ans après la mort de Franco, dans l’urgence de la transition démocratique, l’Espagne vote la loi d’amnistie générale qui libère les prisonniers politiques mais interdit également le jugement des crimes franquistes.
Les exactions commises sous la dictature et jusque dans les années 1980 (disparitions, exécutions sommaires, vols de bébés, torture) sont alors passées sous silence.
Mais depuis quelques années, des citoyens espagnols, rescapés du franquisme, saisissent la justice à 10.000 kilomètres des crimes commis, en Argentine, pour rompre ce « pacte de l’oubli » et faire condamner les coupables."
  
Infos pratiques : 14 avenue Jean Macé 69150 Décines-Charpieu / autres infos  : http://letoboggan.com/acces-contact/
Contact AMD de Lyon :  catherine.chauvin@wanadoo.fr


 Samedi 23/03

[ HISTOIRE- CONFÉRENCE GESTICULÉE]
Bibliothèque Municipale de la Part-dieu de 15h à 17h45
"Nos ancêtres les migrants" : une conférence gesticulée de Gérard Noiriel.

"Cette conférence reprend, sous une forme ludique et condensée, les analyses développées par Gérard Noiriel dans son dernier ouvrage « Une histoire populaire de la France. De la guerre de Cent Ans à nos jours », paru en 2018 chez Agone.
Elle est  présentée dans le cadre du cycle « Perspectives antiracistes & postcoloniales », organisé par La Maison des Passages.

"Le but est de rappeler que les migrations ont été une dimension essentielle de notre histoire commune, un facteur fondamental dans le progrès des civilisations. La population française a été constamment renouvelée depuis l'Antiquité par l'arrivée de migrants. Ces nouveaux venus ont souvent été victimes de discriminations, mais ceux qui sont restés ont fini par se fondre dans le « creuset français ». La conférence accorde aussi une place importante aux bouleversements qui se sont produits au XXe siècle en raison de la « nationalisation » des sociétés : le durcissement des frontières, les papiers d'identité, la montée des discours xénophobes et racistes ont rendu plus difficile la situation des migrants, comme le montre, hélas, notre actualité. La conférence fait passer des connaissances de façon ludique avec des dialogues, du jeu, des marionnettes, des chansons, l'utilisation d'images d'archives."

Gérard Noiriel est historien,  directeur d’études à l’EHESS. Il a notamment travaillé sur l’articulation de l’immigration, de la nation et des sentiments xénophobes.

Infos pratiques : Entrée libre dans la limite des places disponible / Bibliothèque de la Part-Dieu, 30 Boulevard Marius Vivier Merle - 69003 Lyon  / tel : 04 78 62 18 00
  

Dimanche 24/03

[ CINÉ -DOC- AMD] 

Le Toboggan à Décines, dans le cadre des "Ecrans du doc"

1. 16 heures
Ciné-débat autour du film  Les Révoltés de Michel Andrieu et Jacques Kebadian. Projection suivie d’un débat en présence de Jacques Kebadian et organisé avec les Amis du Monde diplomatique de Lyon.

" Michel Andrieu et Jacques Kebadian nous plongent au cœur des évènements de Mai 68. A travers un film d’aujourd’hui, ils nous font revivre la colère des ouvriers, des étudiants et des jeunes opposés à la morale et au pouvoir en place. Les facultés et les usines sont occupées. Les barricades sont dressées. Les pavés sont lancés. La parole cède la place aux actes. C’est l’affrontement. Ce film unique témoigne du soulèvement d’hommes et de femmes qui, indignés jusque-là, marchent vers leur révolution."

2. 20 heures
Ciné-débat autour du film  J’veux du soleil ! de Gilles Perret et François Ruffin. Projection suivie d’un débat avec Gilles Perret et organisé avec les Amis du Monde diplomatique de Lyon
"Construit comme un road-movie, il retrace le périple des deux hommes à travers la France des Gilets jaunes, à la rencontre des personnes mobilisées sur les ronds-points en décembre 2018."

Infos pratiques :  14 avenue Jean Macé 69150 Décines-Charpieu / autres infos  : http://letoboggan.com/acces-contact/
Contact AMD de Lyon :  catherine.chauvin@wanadoo.fr

Pour le détail de toutes les dates de projections des films, on renvoie au lien sur le programme complet du Festival "Les Ecrans du doc": http://letoboggan.com/medias/e_cransdudoc_2019planche_web-28135.pdf

 Lundi 25/03

[ CINÉ -DOC- AMD]

Ciné Mourguet à Ste Foy-Les Lyon à 20 heures
Ciné-débat autour du film Tchernobyl, le monde d'après de Marc Petitjean et Yves Lenoir, en présence d’Yves Lenoir et d’une personne de la CRIIRAD.
Une soirée organisée en partenariat avec Les Amis du Monde diplomatique de Lyon.

" Face à la désinformation visant à persuader le public que vivre en zone contaminée est une expérience valant d’être vécue – comme le suggérait par exemple le documentaire diffusé par Arte le 26 avril 2016, « Tchernobyl, Fukushima : vivre avec » – l’association « Enfants de Tchernobyl-Belarus » a décidé de donner la parole aux quelques rares personnes qui ont consacré leur vie à réduire autant que possible les risques et dommages provoqués par la contamination radioactive. Marc Petijean, Yves Lenoir, Michel et Mona Hugot ont réalisé ce documentaire, pour rendre justice à ces derniers « liquidateurs » et décrire la réalité d’une existence vouée à une tâche sans fin."

Lien vers la bande annonce : https://vimeo.com/277880949

Infos pratiques :  Ciné-Mourguet :15, rue Deshay à Ste Foy-lès-Lyon / Tel : 04 78 59 01 46 / accès : Bus C19, arrêt St Foy Mairie ou bus 49, arrêt Châtelain.
Contact AMD Lyon : catherine.chauvin@wanadoo.fr

vendredi 22 février 2019

RÉAPPROPRIONS-NOUS LES MÉDIAS !


Acrimed lance avec des associations, des organisations de journalistes, des médias, des syndicats et des organisations politiques une déclaration commune pour se « mobiliser pour une réappropriation démocratique des médias ». Cette déclaration, à diffuser et à signer largement, est une première étape dans la construction d’une mobilisation et d’initiatives communes pour transformer les médias.




" Depuis plusieurs semaines, le mouvement des gilets jaunes bouleverse l’agenda politique, et porte une remise en cause profonde des institutions. Les médias sont tout particulièrement visés. Les gilets jaunes dénoncent, à juste titre bien souvent, un traitement caricatural des mobilisations : surenchère sécuritaire sur les plateaux télévisés et dans certains quotidiens ; confiscation de la parole par les éditorialistes ; disqualification de certaines revendications jugées «irréalistes» et appels à «dialoguer» avec le gouvernement ; ou encore dénonciations des violences des manifestants – alors que les violences policières ont été pendant trop longtemps passées sous silence.
Une telle pédagogie de la résignation n’est certes pas nouvelle. Déjà lors des grèves de 1995, les tenanciers des grands médias martelaient leur sempiternel message : il n’y a pas d’alternative aux réformes libérales. En 2005, ils pointaient du doigt ceux qui mettaient en cause le bien-fondé des politiques européennes et déformaient la révolte des banlieues. Plus récemment, lors des mobilisations contre la loi El-Khomri et les ordonnances Macron, ils dénonçaient un code du travail soi-disant «trop épais et illisible». À l’occasion de chaque mobilisation sociale, ils se sont faits les gardiens de l’ordre économique et politique.
Ces partis pris ont contribué à disqualifier les grands médias. La défiance à leur égard est profonde et sans précédent. D’autres sources d’information sont plébiscitées, médias indépendants ou réseaux sociaux. Certaines des analyses portées depuis des décennies par la critique des médias sont réinvesties largement, au-delà du mouvement des gilets jaunes. L’emprise de quelques milliardaires sur la production de l’information est pointée du doigt. La question des médias s’impose désormais comme une question politique.
La plupart des éditorialistes et chefs de rédaction ne voient, dans cette défiance, qu’une «haine des médias» et de la démocratie. Ils éludent la responsabilité qu’ils portent, par leurs diatribes ou leurs choix éditoriaux, dans l’hostilité qui s’exprime contre l’ensemble des journalistes. Une hostilité dont les plus précaires (en termes de statut ou de conditions de travail) font parfois les frais, sur le terrain, en étant injustement pris à partie ou agressés.
Nous pensons que la défiance envers les grands médias doit être une opportunité. Opportunité, dans les rédactions, de remettre en cause les orientations délétères imposées par les directions éditoriales, et de replacer le reportage et l’enquête au cœur du travail journalistique. Opportunité, dans les médias indépendants, de faire la démonstration par l’exemple qu’un autre journalisme, plus exigeant et plus libre vis-à-vis des pouvoirs, est possible.
Que nous soyons gilets jaunes, militant·es, journalistes, usager·es des médias, nous avons toutes et tous des raisons légitimes de contester un ordre médiatique inique, qui maltraite le pluralisme. Et de nous inquiéter des menaces réelles qui pèsent sur le droit à l’information : la mainmise de quelques milliardaires sur la plupart des médias, les plans de suppressions d’emploi dans l’audiovisuel public comme dans les groupes privés, la précarisation des journalistes statutaires ou pigistes y compris dans certains médias indépendants, la répression policière et la criminalisation qui frappent de plein fouet certains reporters et leurs sources, ou encore les lois liberticides qui visent à contrôler l’information – loi sur le secret des affaires et sur les «fake news».
C’est pourquoi nous affirmons qu’il est temps de se mobiliser pour une réappropriation démocratique des médias. Pour défendre le droit d’informer et le droit à être informé, tous deux gravement menacés. Et pour que l’information, trop longtemps confisquée par les pouvoirs, devienne enfin un bien commun et non une marchandise."

Cette déclaration est une initiative commune :
D'associations, d'organisations de journalistes et de syndicats : Acrimed, Attac, Collectif Ras La Plume, Fédération Nationale de l'Audiovisuel Participatif, Info’Com-CGT, La Quadrature du net, Les Amis du Monde diplomatique, Maison des Journalistes, Profession : Pigiste, Résistance à l’agression publicitaire, Ritimo, Syndicat National des Journalistes CGT, Union syndicale Solidaires.
De médias : Cause commune, Cerises, Contretemps-web, CQFD, Démosphère Ariège, Démosphère Toulouse, Frustration, Hors-Série, Jef Klak, L’Alterpresse68, Là-bas si j’y suis, La Clé des ondes, La Gazette de Gouzy, Le journal minimal, L’Insatiable, Le Média, Le Ravi, MAP 36, MédiaCitoyens PACA et Rhône-Alpes, Mediacoop, Radio Parleur, Radio Cause commune, Revue Terrestres, Ricochets, Rosalux, Silence, Transrural initiatives, TV Bruits, Télé Mouche, Télé Regain, TVnet Citoyenne.
D'organisations politiques : Alternative libertaire (AL), Ensemble, Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), Parti communiste français (PCF), Parti de gauche (PG).
***
Premiers signataires : Alain Accardo, sociologue; Gilles Balbastre, réalisateur; Patrick Champagne, sociologue; Sophie Chapelle, journaliste; Colloghan, dessinateur; Benoît Collombat, journaliste; Jean-Baptiste Comby, sociologue; Annie Ernaux, écrivaine; Nina Faure, réalisatrice; Benjamin Ferron, sociologue; Anne-Sophie Jacques, journaliste; Yannick Kergoat, réalisateur; Henri Maler, universitaire; Philippe Merlant, journaliste et conférencier gesticulant; Pierre Morel, photojournaliste; Gérard Noiriel, historien; Michel Pinçon, sociologue; Monique Pinçon-Charlot, sociologue; Denis Robert, journaliste; Karim Souanef, sociologue; Usul, vidéaste.

mercredi 20 février 2019

ACRIMED 69 À LA FÊTE DE "L'HUMA DU RHÔNE"


Le Samedi 23 février 2019 à 14h30, ACRIMED 69 sera présent à la Fête de l'Huma du Rhône, au Centre culturel Charlie Chaplin de Vaulx-Velin et participera à une table ronde sur la question du pluralisme dans les médias.

Il y sera bien sûr question de la situation du journal L'Humanité, placé en redressement judiciaire depuis le 7 février dernier. mais de manière plus générale de la nécessité de défendre le pluralisme et l'indépendance d'un secteur largement dégradé par l'emprise du capital et de se mobiliser pour une réappropriation démocratique des médias.

Sont annoncés pour cette table ronde, des lecteurs du journal, des syndicalistes et des militants associatifs.




Des membres d'ACRIMED 69 tiendront également un stand / table de presse où il vous sera possible de recueillir des infos sur l'association, de consulter articles et vidéos du site internet et d'acheter des numéros de la revue d'ACRIMED :  Médiacritique(s).

Pour connaître le programme de la fête, c'est ici : https://www.fetehumarhone.org/ 

Pour aller sur la page Facebook de l'évènement, c'est là : https://www.facebook.com/fetehumarhone

Infos pratiques : 

Pour se procurer la vignette d'entrée
En prévente au prix de 12€ auprès des militants du PCF
(16€ sur place) ou 15€ via la billetterie en ligne ici : https://urlz.fr/8Giq?fbclid=IwAR3BOkSLC5q46y4It0PZv3aUaNMyPeChhM8QXKvekh4-HvrtoWrpIBkwn_w

Contact mail : fetehumarhone@gmail.com
Téléphone : 04 72 09 03 66

lundi 18 février 2019

"LE PARISIEN" TOUJOURS PLUS AUX ORDRES QUE JAMAIS !


Un article d'ACRIMED s'était particulièrement penché sur l'exceptionnel travail de démobilisation sociale entrepris par le journal "Le Parisien  / Aujourd'hui en France" à travers ses unes, chefs d'oeuvre de rappels à l'ordre permanents.

On peut le retrouver ici : https://www.acrimed.org/Gilets-jaunes-He-oh-Le-Parisien-on-se-calme

Les chiens de garde du quotidien possédé par le milliardaire Bernard Arnault poursuivent leur inlassable travail de sape comme on le voit dans cette une du vendredi 15 février dernier.
"Le Ras le bol grandit ... de plus en plus de Français expriment leur lassitude"

On s'en serait douté..

Gageons que cela ne devrait pas s'arrêter de sitôt...


dimanche 17 février 2019

CHRONIQUE ACRIMED SUR RADIO CANUT


Acrimed 69 sur les ondes de Radio canut, c'était le 14 février dernier, avec Pascal Chasson et Jacques Gasseng, lors de l'édition du "Canut infos du jeudi" présenté par Delphine et Laurent.

Au programme de cette nouvelle chronique : un retour sur le traitement médiatique du mouvement des Gilets jaunes en écho au dossier du dernier numéro de Médiacritique(s), la revue d'Acrimed dont vous pouvez trouver le sommaire ici : https://www.acrimed.org/Sortie-de-Mediacritique-s-no30-janvier-mars-2019

























Pour écouter (ou réécouter) le Canut infos du jeudi 14 février, c'est là : https://blogs.radiocanut.org/canutinfos-jeudi/?p=1045

mercredi 30 janvier 2019

AGENDA DE FÉVRIER

Des lieux associatifs et culturels lyonnais soutiennent régulièrement notre antenne d'Acrimed 69 en accueillant nos activités dans leurs locaux (MJC, librairie, cafés coopératives, cinémas de proximité, maison d'édition indépendante).
Nous relayons avec plaisir dans cet agenda plusieurs des évènements qu'ils organisent.

FÉVRIER

Vendredi 01/02

[ CINÉ-DÉBAT- PALESTINE]

Maison des Passages à 19h30.

Projection- débat du film  Les femmes en noir" de Philippe D'Hennezel.
Une soirée organisée par les Amis du Monde diplomatique de Lyon en partenariat avec le collectif 69 palestine, ERAAP, l'UJFP, ATTAC  Rhône, et avec le soutien de Ensemble 69 ! et la LDH.

« Les Femmes en Noir » sont un réseau international, initié par des femmes israéliennes fin 1987 pour s’opposer à l’occupation par Israël des Territoires palestiniens et à l’oppression qu’elle engendre, elles s’opposent à toutes les formes de violences et dénoncent particulièrement celles qui touchent les femmes."

Infos pratiques :  Maison des passages : 44 rue Saint Georges, 69005 Lyon / réservation au 04.78.42.19.04 ou maisondespassages@orange.fr
Contact AMD Lyon : catherine.chauvin@wanadoo.fr

Lien vers la bande annonce du film : https://www.youtube.com/watch?v=H9IRAjxNP_w

 
Lundi 04/02

[ CINÉ-DÉBAT- SPÉCULATION IMMOBILIÈRE]

MJC Montplaisir- Le Karbone

Projection- débat du film "Bricks" (Histoire d'une Espagne en crise. De la spéculation au soulèvement) de Quentin Ravelli en sa présence.
Une soirée organisée dans le cadre du cycle "Ecrans critiques" par l'association Tillandsia.

"Des carrières d’argile abandonnées aux crédits immobiliers impayés, les briques espagnoles incarnent le triomphe puis la faillite économique d’un pays. Usines qui ferment la moitié de l’année, ville-fantôme curieusement habitée, guerre populaire contre les expropriations orchestrées par les banques : suivre le parcours d’une marchandise – les briques…"

Infos pratiques : MJC Monplaisir :  25 avenue des frères Lumières, 69008 Lyon / tel : 04.72.78.05.70 / Accès : ligne D, Arrêt "sans souci" ou Tram T4, arrêt « Manufacture des tabacs »/
Entrée à prix libre 

 
Jeudi 07/02

[ CINÉ-DÉBAT- LUTTE SOCIALE]

Amphithéâtre Freyssinet (GCU) / Campus de la Doua à 12h45

Projection du film "Demain l'usine" de Clara Teper. Une projection organisée dans le cadre de la Semaine des Alternatives durables.

"Après 4 ans de lutte contre la multinationale Unilever, les ouvriers de Fralib se sont réappropriés leur usine et gèrent collectivement leur coopérative ouvrière, la Scop-ti. Quelques mois après la relance de la production, que signifie pour chacun cette nouvelle manière de vivre le travail ?"

Infos pratiques : Amphithéâtre Freyssinet (GCU) – Campus de La Doua, 69100 Villeurbanne / Accès : Tram T1 – arrêt INSA Einstein.

Lien vers la bande annonce du film : https://vimeo.com/165328041?fbclid=IwAR1yikyyP6JEJE-qRMHhlbJHHltfzHMcoddE1-CesyN2A0kTZY6rqk-yl_I


Mercredi 13/02

[ CINÉ-DÉBAT- PIERRE CARLES]

Aquarium Ciné- café de 20h à 22h30
Projection du film de Pierre Carles , Christophe Coello et Stéphane Goxe"Volem rien foutre al païs"
En partenariat avec la revue lyonnaise SILENCE

"Dans cette guerre économique, qu’on nous avait promise il y a bien des années et qui avance comme un rouleau compresseur, existe-t-il encore un sursaut d’imagination pour résister ? Mis en demeure de choisir entre les miettes du salariat précaire et la maigre aumône que dispense encore le système, certains désertent la société de consommation pour se réapproprier leur vie. « Ni exploitation, ni assistanat ! » clament-ils pour la plupart. Ils ont choisi une autre voie, celle de l’autonomie, de l’activité choisie et des pratiques solidaires…"

Infos pratiques : Aquarium ciné-café : 10 rue Dumont, 69004 Lyon / tel : 04 26 63 28 99 / Accès : métro ligne B : arrêt place de la Croix-rousse/ mail : cineclubsilence69@gmail.com / prudent de réserver.
Entrée payante : 6 euros (réduit étudiants/RSA 4€) + adhésion à l’association L’Aquarium 3€.


Vendredi 15/02

[ RENCONTRE-DÉBAT- MÉDIAS]

Médiathèque de Lyon Vaise de 18h30 à 20h30

"Médias, démocratie et communication politique : quels enjeux ?
Rencontre avec Aurélie Van Den Daele et Simon Gadras, Maître de conférence à l'Université Lyon 2.
Autour du spectacle Absence de guerre. En partenariat avec le Théâtre de la Croix Rousse.

"L’inflation communicationnelle dans les campagnes politiques de ces dernières années est l’effet des profondes mutations qui ont affecté le monde de l’information. La multiplication des outils et des espaces de communication a ouvert la voie au storytelling électoral. Ainsi, la dimension marketing des campagnes électorales s’est imposée partout, aux dépens du débat et des idées politiques. C’est notamment ce que met en scène Aurélie Van Den Daele dans Absence de guerre. A partir du texte de David Hare, le spectacle analyse les rouages de la communication politique et de la fabrique de candidats "produits ", en perte de consistance idéologique.
Quels sont les enjeux de ces évolutions communicationnelles pour nos démocraties ? Quels sont leurs effets sur le débat public et politique ?"

Infos pratiques :  Médiathèque de Vaise, Place Valmy 69009 Lyon / tel : 04.72. 85.66.20 / accès : Métro D, arrêt Valmy.
Entrée libre dans la limite des places disponibles.

 

Samedi /23/ 02

[ RENCONTRE-DÉBAT-FÉMINISME]

Librairie Terre des livres à 15 heures.
 
Rencontre avec Valérie REY-ROBERT à l’occasion de la parution de l’ouvrage Une culture du viol à la française aux éditions Libertalia.

" Dans cet essai documenté et novateur, l’autrice analyse et définit les violences sexuelles, déboulonne toutes nos idées reçues et bat en brèche l’argumentaire déresponsabilisant les violeurs. Elle insiste sur les spécificités hexagonales du concept de « culture du viol », démythifie le patrimoine littéraire et artistique, et démontre, point par point, qu’il est possible de déconstruire les stéréotypes de genre et d’éduquer les hommes à ne pas violer."

Valérie Rey-Robert est une militante féministe.
Elle combat les violences sexuelles depuis près de vingt ans et anime le blog http://www.crepegeorgette.com/

Infos pratiques : Terre des livres : 86, rue de Marseille 69007 Lyon / tel : 09 505 8 84 22 / internet : http://www.terredeslivres.fr/

Entrée libre
 

mardi 29 janvier 2019

SORTIE DE MÉDIACRITIQUE(S) N°30 (JANVIER-MARS 2019)


Le n°30 de Médiacritique(s), notre magazine trimestriel, sortira lundi 28 janvier 2019 de l’imprimerie. Numéro consacré au traitement médiatique du mouvement des gilets jaunes, avec des dessins inédits de Colloghan !




Sommaire

5. Gilets jaunes : entre condescendance et mépris
7. Panique médiatique
12. Quand BFM et CNews préparent le "siège" de Paris
16. Appel d'ACRIMED : face au traitement délétère des mouvements sociaux, mobilisons-nous !.
18. l'irresistible ascension de Benjamin Cauchy.
21. Humiliations de lycéens : Giesbert et Barbier apprécient.
23. Voile médiatique sur les violences policières.
25. Vous avez dit "raisonnables" ?
28. Lieux de pouvoir : la carte des "pousse aux crime"


Ce numéro ne sera pas plus diffusé en kiosques que les précédents. Vous pourrez cependant le trouver dans quelques rares – mais d’autant plus précieuses – librairies listées plus bas, ainsi que sur notre boutique en ligne (https://boutique.acrimed.org/m%c3%a9diacritique-s-n-30.html ) Par La Poste et par nos soins, chaque numéro isolé ne vous coûtera que 5,50 euros, frais de port inclus. L’abonnement pour un an et 4 numéros ? 15 euros tout compris. Pour les commandes et abonnements, c'est ici : https://boutique.acrimed.org/mediacritiques . Et pour l’offre abonnement à la revue et adhésion à l’association, c'est là : https://boutique.acrimed.org/adh%c3%a9sion-abonnement
Vous pouvez aussi remplir le bulletin en pdf et nous le renvoyer avec un chèque.





Vous pouvez trouver Médiacritique(s) à Lyon dans les librairies suivantes :
  
Le Bal des Ardents
17 rue Neuve 69001 Lyon

 Librairie Passages
11 rue de Brest 69002 Lyon

La Gryffe
5 rue Sébastien-Gryfe 69007 Lyon
 
Terre des Livres
86 rue de Marseille 69007 Lyon

lundi 28 janvier 2019

L'UNIFORMISATION DE L'INFORMATION : UN ATELIER PARTICIPATIF ANIMÉ PAR ACRIMED 69 AU "GESTIVAL" DE CHASSE SUR RHÔNE


Samedi 2 février, de 14 à 16 heures, l'antenne lyonnaise d'Acrimed participe au "Gestival" (festival de conférences gesticulées) organisée par l'Université populaire en Pays Viennois (Salle Jean Marion, 95 allée des Lauriers à Chasse sur Rhône). 

http://upop-paysviennois.fr/gestival-2-fevrier-2019/





 Inscription par mail auprès de  : contact@upop-paysviennois.fr

"Le processus d'uniformisation de l'information" : un atelier animé par Sarah Bourdaire, Pascal Chasson et Jacques Gasseng de l'antenne lyonnaise d'ACRIMED


Il s'agira, sous la forme d'un atelier participatif de réfléchir aux mécanismes d'uniformisation de l'information (avec la participation de Philippe Merlant, qui anime le lendemain une conférence gesticulée "Le mystère du journalisme jaune")
 Pourquoi les médias disetn-ils tous la même chose ?
Les médias sont de plus en plus nombreux et pourtant l'uniformisation de l'offre est croissante. les logiques concurrentielles poussent au mimétisme éditorial. l'homogénéité du recrutement social des journalistes et la hiérarchisation de l'information liée à la recherche d'audience donnent l'impression d'une actalité toujours centrée sur les mêmes sujets, traitée de la même manière.
Venez avec votre expérience de maltraitance médiatique, nous en discuterons !